Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'instrument le plus médiatique de Juno n'est pas scientifique : la Nasa a intelligemment équipé sa sonde d'une petite caméra dont les chercheurs n'avaient pas vraiment besoin. Mais cette caméra, à chaque passage de Juno près de la planète géante, prendra les meilleures images jamais vues de son immense atmosphère... Qu'on en juge : les plus fins détails visibles dans ces nuages grands comme des planètes mesureront environ 25 kilomètres. Pour comparaison, les plus petits détails perceptibles sur Jupiter par les astronomes amateurs depuis la Terre mesurent 1500 kilomètres, 160 kilomètres pour le télescope spatial Hubble, 60 kilomètres pour la sonde Cassini qui a croisé Jupiter en l'an 2000...
Nul doute que les spécialistes de l'atmosphère jovienne seront heureux de profiter des images de ce petit instrument de « vulgarisation scientifique »...

JunoCam

JunoCam

JunoCam est donc une petite caméra, protégée des radiations joviennes par un épais blindage : elle pèse 2,6 kg, ce qui est considérable, pour un aussi modeste instrument spatial ! Son petit capteur Kodak RVB est classique, avec ses 1600 x 1200 pixels, c'est celui qui équipe n'importe quel modeste appareil photo numérique... Enfin, l'objectif de JunoCam, est, lui aussi, minuscule : la focale de cette caméra est de 11 millimètres seulement !

En clair, Junocam ne peut offrir des images détaillées que lorsque Juno frôle Jupiter. Dès que la sonde s'éloigne, n'importe quel astronome amateur, depuis la Terre, fait mieux... C'est justement des passages au plus près de la planète que l'on attend des prouesses de JunoCam : à une distance inférieure à 10 000 kilomètres, JunoCam promet des vues saisissantes des nuages de Jupiter, montrant des détails de seulement quelques kilomètres, dix fois mieux que tout ce qui a été fait jusqu'ici !

Le pôle Sud et ses nuées chaotiques


L'image qui illustre ce post est l'une des 28 images qu'a prises JunoCam ce 27 août. Elle symbolise à elle toute seule la mission de Juno, en dévoilant le Pôle Sud de Jupiter, et ses nuées chaotiques, très différentes des bandes nuageuses équatoriales de la planète géante. Mais si l'image est symbolique, elle a été prise à un peu moins de 100 000 kilomètres de distance et ne montre pas plus de détails que les illustres devancières de Juno, Voyager, Cassini et New Horizons... Pour détailler mieux l'atmosphère jovienne, il fallait s'approcher plus... De fait, Juno a pris des images jusqu'à 4150 kilomètres de distance, un record absolu, mais ces images ne montrent quasiment aucun détails !

Déception, donc, pour cette première orbite jovienne, déception qui s'explique peut-être, espérons-le, par la géométrie particulière du Soleil, Jupiter et Juno au moment des prises de vue... Lors du passage au plus près de Jupiter, en effet, la caméra était pointée sur le « terminateur » jovien, c'est à dire à la limite du jour et de la nuit. Tous les astronomes amateurs savent que, sur une planète sans atmosphère, comme la Lune, c'est l'éclairage idéal pour observer de fins détails. Mais l'atmosphère de Jupiter, avec un tel éclairage rasant, devient peut-être un brouillard sans lumière ni contraste.

Il faudra donc attendre les prochains passages au plus près de Jupiter, dans les semaines à venir, pour admirer enfin les images de SF promises par la Nasa. Espérons, aussi, que JunoCam tiendra le choc des radiations joviennes, la petite caméra étant prévue pour résister à huit orbites sur les trente six que compte la mission, ensuite, les ingénieurs ne jurent plus de rien... Alors, croisons les doigts et rêvons des nuées furieuses qui agitent la planète-tempêtes, et ses vertigineux ouragans qui pourraient engloutir des planètes entières...


Serge Brunier

Note : Si vous utilisez un bloquer de pub, les vidéo risquent de ne pas pris en charge

Tag(s) : #Juno, #Junocam

Partager cet article

Repost 0